L’hippodrome de Pornichet échappe à la réforme du monde hippique.

Quelques mois après la nomination à la tête du PMU de Bertrand Méheut, ancien président de Canal +, et de Cyril Linette, ancien DG de L’Équipe, l’institution hippique a mis en place plusieurs réformes, comme la réduction du nombre des courses sur les hippodromes français. Toutefois, celui de Pornichet, qui affiche des résultats excellents, n’est pas concerné par ces restrictions. Almire Lefeuvre, directeur de la Société des courses de Pornichet, indique : « L’hippodrome de Pornichet se porte très bien. Nous avons de très bons chiffres de fréquentation, d’enjeux sur nos courses, et aussi de fréquentation de compétiteurs. Nous sommes très contents, puisque nous sommes en progression tous les ans depuis la réouverture de l’hippodrome ». Pourquoi ce succès ? « Nous avons un centre de courses qui est essentiel dans la région, où il y a beaucoup d’entraîneurs et d’éleveurs qui sont installés. Nous proposons des courses qui correspondent à leurs attentes. C’est un bel hippodrome et ce sont des courses régulières ». La Société des courses de Pornichet a également beaucoup travaillé pour attirer un public qui n’est pas nécessairement connaisseur du monde hippique : « Nous essayons de vraiment faire connaître et démocratiser les courses. Cela paraît parfois assez compliqué de l’extérieur, mais c’est très simple. C’est facile d’accès, il y a beaucoup de réunions de courses et l’on ajoute entre celles-ci des spectacles de toutes sortes pour faire venir du monde et occuper entre les courses les gens qui ne sont pas forcément joueurs. Cela nous permet d’avoir un public très familial et c’est une excellente chose. Pendant l’hiver, c’est différent. Nous avons beaucoup moins de monde, mais nous organisons des opérations en fin de journée pour faire venir une population plus jeune les soirs de courses ». C’est pour cette raison que l’hippodrome de Pornichet est épargné par la réforme du secteur : « Pornichet s’en sort très bien. On a peut-être atteint un plafond. Aujourd’hui, on essaie de réduire un peu la voilure, car on proposait peut-être trop de courses au public. Or, la stratégie est d’en diminuer le nombre pour avoir plus de qualité et pour que les parieurs et les spectateurs aient davantage de temps entre chaque course. Il y a une réduction du nombre de courses en France. Beaucoup d’hippodromes ont été impactés, mais Pornichet a la chance de conserver toutes ses journées de courses. C’est une très bonne nouvelle pour nous ». Enfin, Almire Lefeuvre évoque les projets pour 2019 : « Si l’on arrive à faire une aussi belle année que 2018, ce sera déjà une grande réussite ! Nous voudrions faire venir encore plus de monde. Nous souhaitons faire découvrir les courses à des novices et nous allons essayer de nous renouveler une fois de plus, en multipliant les animations autour des courses pendant l’été. Parallèlement, nous investissons beaucoup sur la qualité des pistes, parce que c’est essentiel pour que les chevaux puissent courir dans de bonnes conditions. Nous n’avons pas de gros projets structurants, mais beaucoup de petites améliorations ».

Almire Lefeuvre sur Kernews

Retrouvez les pronostics hippiques du baulois Tom Kazak tous les jours vers 5h45, 7h11, 10h20 et 12h40 sur Kernews 91,5 FM.

Soyez le(la) premier(e) à laisser un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*